ETRE UNE "MINORITE VISIBLE" AU THEATRE

" Facile... difficile..?  Tout comédien a un, ou plusieurs rôles, dont il rêve. Moi, c'était Phèdre, et aussi Médée. Mais j'étais trop noire. Après, des compagnies africaines ont monté ces pièces...mais j'étais café au lait... Bref, ce n'est pas simple. Dans"Petite Négresse de l'île Saint-Pierre", il y a justement une scène, un peu ironique, sur ce sujet, sur la comédienne non seulement noire, mais encore métisse ! Cela se passe  entre le metteur en scène (blanc) et la comédienne noire. 

 

- Le metteur en scène : " C'est le rôle d'une gouvernante martiniquaise. Un rôle pour toi. Beaucoup d'apartés en créole. " - La comédienne: " Je ne parle pas créole"  - "Tu es Martiniquaise et tu ne parles pas créole ?"-"Non, à l'île Saint Pierre, c'était interdit. Pour mieux réussir à l'école.. Il a été gentil, le metteur en scène; J'ai eu le rôle quand même. J'ai appris par cœur les répliques en créole . J'ai pris un disque pour étudier, le "Créole martiniquais sans peine", ça s'appelait....Souvent on veut me faire jouer des infirmières, parce que quand on est noir, sans queue de cheval, on fait l'infirmière, c'est comme ça. Une fois même, j'ai fait une infirmière extra-terrestre. Dans une soucoupe volante. C'était pour la télé."

 

C'est un peu autobiographique... heureusement en partie seulement. J'ai eu des metteurs en scène qui m'ont donné de très beau rôles, indépendamment de ma couleur. Et puis parce que ne faut pas toujours accuser l'autre ('le Blanc!), une petite anecdote que j'aime bien raconter. Et qui montre que quelque fois, c'est nous qui créons le problème...Un metteur en scène me distribue le rôle de Josepha, la grand-mère, dans" La Maison de Bernarda Alba", de Lorca. Dans cette pièce, ma fille et mes petites filles sont toutes plus blanches les unes que les autres. Un jour je  je ne résiste pas à demander au metteur en scène pourquoi il m'a choisie. Il me répond : "Mais Raymonde, parce que tu es une bonne comédienne". Et moi : "Bon, oui, d'accord, mais... je suis Noire". Et c'est moi qui me suis trouvée toute bête devant son regard étonné. "

( dans Cité Black, octobre 2004)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 


.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.