Spectacles récents

 Gènes  de Franck Mas mise en scène de Franck Mas

79793955_o"Ne naît-on totalement qu’à la disparition de nos parents? Que sommes-nous en droit d’attendre de l’absence ? Qu’elle relation existe-t-il entre disparition et anonymat ? Ma mise en scène consiste donc à donner l’illusion que la femme tout au long de la pièce est encore dans le ventre maternel. Seul son visage est visible et parle directement à la figure de celui / de celle qui la porte encore. C’est un questionnement sur la transmission, l'héritage. Gènes bouleverse les codes de perception traditionnels et invite a découvrir comment l'espace du théâtre est sculpté par la force de l'Amour." (Frank Mas) Création 2013 à l'Emmetrop à Bourges

 

 Ourika, de Gorée au pays des Lumières  mise en scène Claude Défard

de Boufflers et deux Ourika

 

 L'histoire vraie d'Ourika, esclave sénégalaise de deux ans. Et du Chevalier de Boufflers, gouverneur de l'Etablissement français du Sénégal, en 1787. Le Chevalier "offre" la petite africaine à la Princesse de Beauvau. Elèvée comme une aristocrate, Ourika devient  la coqueluche des salons huppés. Mais elle tombe amoureuse du jeune prince, et rien ne va plus...

Création 2010 Beaugency

.

 

 

 

 

.

Sauf que  théâtre-installation  de Franck Mas

 Sauf que

"Sauf que, le texte de la  dernière pièce de Franck  Mas, est excessivement beau. Sa mise en scène et  en espace relève de  l’œuvre plastique autant  que du théâtre. Sauf que est à la fois une créa­tion déroutante et fasci­nante. Un décor blanc qui évolue lentement en lais­sant apparaître une pous­sière de fer .....un plongeoir de plus en plus désé­quilibré où, seulement vê­tue de feuilles d'or, la for­midable comédienne Raymonde Palcy dit le tex­te entre ombre et lumière.  C'est un long poème. d'amour, un chant de re­grets, le bilan de vieux amants, la prière d'un der­nier je t'aime.Marie-José Ballisfa Le Berry Républicain  Création 2013 à l'Emmetrop de Bourges

Vidéo    https://www.youtube.com/watch?v=DnP2IyGIYq0

 

.

.

 

 

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 


.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.